Conte illustré 7

illustration 14

illustration 15
Il ouvrit son énorme gueule, il en sortit un grand guerrier, puis un autre, et encore un autre, et encore… Ils se jetèrent sur moi les uns après les autres. J’étais obligé d’éviter leurs coups sans arrêt. Je me fatiguais de plus en plus, tellement que ma vue se troubla. Je pleurai. J’avais peur. « C’est maintenant ! Je suis en train de perdre connaissance ! Je vais mourir là ! » …

Le vieillard baissa les yeux devant par la fièvre qui s’emparait de Yuji au souvenir de ces instants difficiles.

– « Mais une révolte folle m’envahit : « NON ! Ce n’est pas possible ! ».

J’oubliai mes douleurs, rassemblai toutes mes énergies. Avant que ne me frappe le guerrier qui vint, je lui donnai un tel coup ! … Moi-même j’en fus surpris…

– Lire la suite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s